Articles - Clinics

GYNECOLOGIE chien LA VAGINITE CHEZ LA CHIENNE -



Untitled Document
La vaginite chez la chienne : causes et physiopathologie
Peut survenir à n'importe quel âge chez les chiennes entières et stérilisées
Facteurs prédisposants
Anomalies anatomiques du vaginPersistance de l'hymen
Hypoplasie vaginale ou aplasie segmentaire
Double vagin ou poche vaginale en cul-de-sac
Hypertrophie clitoridienneStimulation androgénique
Inflammation chronique
Traumatisme vaginal Accouplement
Parturition
Iatrogène
Corps étranger
Tumeur vaginale
Immaturité de la paroi vaginale Vaginite juvénile des chiots prépubères
Image cytologique : réponse inflammatoire aseptique
Accumulation d'urine Anomalies du tractus urinaire
Exemple : uretères ectopiques pénétrant le vagin
Infections du tractus urinaire Anomalies anatomiques concommitantes possibles
Surtout les infections chroniques et récurrentes
Infections bactériennes primaires
Agents les plus fréquemments isolésEscherichia coli
Staphylococcus sp
Streptococcus sp
Proteus sp
Pasteurella sp
Corynebacterium sp
Brucella canis
Les infections surviennent, dans la majorité des cas, secondairement à des facteurs prédisposants
Mycoplasma et Ureaplasma Tous 2 commensaux et pathogènes normaux
Infections virales Herpès
Infections latentes réactivées en période de stress

 

La vaginite chez la chienne : symptômes
Irritation périnéaleLéchage vulvaire
Frottement de la région périnéale
Ecoulements vulvaires
Gêne pendant ou après la miction
Intérêt pour le mâle chez des femelles stérilisées, juvéniles, ou en anoestrus
Réticence à l'accouplement

 

La vaginite chez la chienne : diagnostic
Symptômes
Vaginoscopie
Inflammation de la paroi vaginaleUlcération
Hyperémie
Hyperplasie nodulaire lymphoïde
Eventuellement anomalies congénitales, traumatisme, tumeur, accumulation d'urine
Laboratoire
Cytologie vaginale Neutrophilie : cellules saines à dégénérées
Bactéries : en grand nombre, parfois une population bactérienne sur-représentée
Macrophages et lymphocytes, suggérant une inflammation chronique
Inclusions cytoplasmiques : Mycoplasma, Ureaplasma, Chlamydia
Analyse d'urine et culturePour exclure l'infection du tractus urinaire comme facteur prédisposant
Via cystocenthèse
Bactériologie vaginale Infections secondaires fréquentes
Prélèvement : écouvillon, partie crâniale du vagin, en anoestrus
Milieux spéciaux pour Mycoplasma et Ureaplasma
Titrages pour B. canis et Herpèsvirus
Biopsie vaginaleEvaluer les changements au niveau inflammatoire
Exclure la tumeur
ImagerieRadiographie abdominale caudale ou échographie : diagnostic rarement posé
Vaginographie à contraste positif indiqué pour exclure tumeurs et anomalies anatomiques
Urographie IV pour exclure les uretères ectopiques

 

La vaginite chez la chienne : diagnostic différentiel
Pyomètre
Historique d'oestrus récent
Maladie systémique
Anomalies utérines à l'imagerie
Leucocytose systémique
Métrite
Mise bas récente
Echographie : paroi utérine épaissie
Granulôme utérin
Imagerie

 

La vaginite chez la chienne : traitement
Correction des facteurs prédisposants
Vaginite juvénile
Peut se résoudre d'elle-même lors du premier oestrus
Oestrogènes : favorisent la maturation du tractus génital + défense immunitaire
Ovariohystérectomie à postposer après le premier oestrus ou losque la vaginite est guérie
Les antibiotiques, lavages vaginaux et suppositoires vaginaux sont souvent peu efficaces
Infections bactériennes
A traiter seulement si elles constituent la cause primaire
Antibiogramme avant de choisir l'antibiotique à administrer
Infections virales
Pas de thérapie recommandée à l'heure actuelle
Limiter le stress
Isoler l'animal des chiennes enceintes et des chiots nouveaux-nés

 

La vaginite chez la chienne : suivi de l'animal
Si pas d'amélioration, reconsidérer le premier diagnostic
Eviter l'élevage avec des chiennes présentant des vaginites à répétition

 

D'après C. Prymak

 


retour